Théo Curin se lance dans une traversée inédite et solidaire du lac Titicaca aux côtés de deux autres nageurs, Malia Metella et Matthieu Witvoet : 122 km, une eau à 10 degrés, 3 800m d’altitude, en totale autonomie. Top départ en novembre 2021 !

Nouveau défi extrême pour Théo Curin. Ce nageur paralympique quadri-amputé à l’âge de 6 ans suite à une méningite est depuis quelques temps confronté à une problématique de classifications dans sa catégorie de handicap, qui le prive désormais de ses objectifs de podium paralympique. Le jeune champion a donc souhaité se lancer dans une nouvelle aventure sportive : la traversée du lac Titicaca à la nage. « J’avais besoin de me fixer de nouveaux objectifs sportifs dans un univers totalement étranger, à savoir la nage en eau libre. L’envie de me surpasser, d’accéder à un rêve encore plus fou, montrer que tout est possible par la force mentale, quelle que soit la contrainte physique. » Il garde néanmoins en ligne de mire les Jeux de Paris 2024.

Pour donner du sens à ce projet et en faire une aventure humaine et solidaire extraordinaire, Théo a souhaité le partager avec deux autres nageurs : Malia Metella, vice-championne olympique sur le 50m nage libre aux JO d’Athènes, et Matthieu Witvoet, un éco-aventurier habitué des défis hors normes. C’est donc ensemble qu’ils se jetteront à l’eau. Pour l’occasion, Malia Metella, ancienne nageuse de sprint multi-médaillée, renoue avec sa passion onze ans après sa retraite : « Quand Théo m’a fait cette proposition, j’ai d’abord éclaté de rire, confie-t-elle. Plus de natation depuis dix ans, même pour le plaisir… Mais, comme j’ai une âme d’aventurière, j’ai accepté de sortir de ma zone de confort. J’ai peur mais c’est très excitant. ».

Au-delà du défi physique, cette expédition revêt également une dimension environnementale et solidaire particulière. Les trois nageurs ont en effet à cœur de mettre en lumière les problématiques écologiques et de sensibiliser le plus grand nombre. Le Défi Titicaca entend donc, via un appel aux dons au retour de l’expédition, soutenir des projets et associations locaux. Des nageurs péruviens seront également invités à accompagner le trio sur une partie du tracé. Parallèlement, tout sera mis en œuvre pour en faire une expédition « zéro déchet » : choix de matériaux éco-responsables pour la fabrication du radeau, panneaux solaires, purificateur d’eau, nourriture en vrac, etc…

Treize mois de préparation seront nécessaires. Un entraînement rigoureux et divers stages d’acclimatation à l’altitude et à l’eau froide sont au programme, notamment dans la station de Font-Romeu, (Pyrénées) avec des entraîneurs et préparateurs physiques mais aussi mentaux. Le 9 octobre, les trois nageurs se mettront pour la première fois à l’eau ensemble, dans un lac près de Compiègne (Oise)… A priori sans combinaison !

 

  

avec l’aimable autorisation de handicap.fr