Partir à l’aventure avec un sac à dos relève parfois du défi. Avec un fauteuil électrique de 250 kg, l’opération semble presque impossible. Pour Valentin Duthion, Lyonnais de 24 ans, atteint d’une amyotrophie spinale (qui se caractérise par une dégénérescence musculaire), pas question pour autant de renoncer au road-rip. Du 2 au 28 juillet 2017, ce jeune diplômé de physiologie partira sur les routes des États-Unis avec sa sœur et quatre amis, dans un van aménagé. Leur projet, baptisé Dream Trotter, est à suivre sur les réseaux sociaux.

Cette idée de voyage prend d’abord forme pendant les études de Valentin. Arrivé en master, le jeune homme, qui n’a jamais quitté la France, pense suivre un cursus de six mois aux États-Unis, dans le cadre d’un programme d’échange universitaire international. « À cause de son handicap, il n’a pas été autorisé à partir, explique Lucie, sa sœur. Cette frustration nous a donné l’idée de voyager tous ensemble. Sillonner les États-Unis est un rêve pour Valentin. » Rapidement, l’équipe de baroudeurs est constituée, mais Valentin et sa sœur se rendent compte que voyager avec un fauteuil électrique s’annonce compliqué. Surtout, aucun guide n’informe sur l’accessibilité des lieux ou la praticité du voyage en cas de handicap.

Si ce voyage représente avant tout la réalisation d’un rêve, laisser une trace pour aider d’autres voyageurs en situation de handicap fait partie des principaux objectifs du séjour. Un blog, en cours de construction, permettra de suivre leurs aventures grâce à différents reportages. À terme, un guide pratique que Valentin et ses compagnons comptent élaborer devrait informer sur les compagnies de voitures adaptées, les hôtels et restaurants accessibles, les bons plans et visites à ne pas manquer… « L’idée est d’aboutir à un guide sans étiquette, qui soit consulté à la fois par des personnes valides et handicapées, pour proposer des séjours à tout le monde, souligne Lucie. Nous voulons que ce voyage serve aux prochains. Comme nous partons sans avoir toutes les informations, nous essuierons sûrement des plâtres… Mais cela fait partie de l’aventure !

D’un point de vue pratique, les amis proches de Valentin, dont certains issus du secteur médico-social, s’occuperont des soins durant le périple. Le jeune homme les a embauchés comme auxiliaires de vie via la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) du Rhône. Au total, neuf villes-étapes rythmeront le road-trip. San Francisco, New York, Grand Canyon, Los Angeles, San Diego… Les Dream trotter sortent le grand jeu et Valentin, joueur de poker émérite, compte bien s’arrêter à Las Vegas. Pour en savoir plus, son parcours est à suivre sur la page Facebook du projet : https://www.facebook.com/DreamTrotterOff/

 

Source : handicap.fr – Aimée Le Goff

Share This